• GIF

Les bienfaits de la thérapie des fascias

Ouest-France - Publié sur le web le 16/02/2021 à 12h


Par Philippe SERIEYS



En redonnant de la mobilité à nos organes, la fasciathérapie permet de soulager des douleurs, trop souvent inexpliquées.


Observés la toute première fois par le Dr Bichat en 1800, les fascias ont peu suscité l’intérêt des chercheurs pendant de très nombreuses années. Ce n’est que très récemment que la médecine s’est enfin penchée sur ce qu’elle reconnaît aujourd’hui comme un nouvel organe-clé de notre santé.

Car les fascias sont partout, présents dans tout notre corps du sommet de la tête à nos pieds, Ces membranes très fines et translucides sont un tissu conjonctif qui enveloppe la majorité de nos organes, les muscles, mais aussi nos artères, nos os et l’ensemble des gros organes.

Constitués principalement de collagène ils sont souples et élastiques et participent à l’hydratation et la vascularisation de notre corps, que ce soit au niveau sanguin ou lymphatique.


Les fascias, plus sensibles que les muscles


Cette redécouverte est une réelle révolution, montrant que les fascias se contractent et qu’ils sont remplis de terminaisons nerveuses les rendant plus sensibles que les muscles à la douleur. Ainsi une simple mauvaise position, du stress ou encore un traumatisme peuvent entraîner une contraction du fascia déclenchant la douleur. S’ils en sont la cause, prendre soin de nos fascias peut être aussi une solution thérapeutique pour des algies qu’on a souvent beaucoup de mal à traiter, comme le mal de dos.



Ici pas de médicaments, la fasciathérapie est une médecine douce qui permet de rendre son élasticité aux fascias, de soulager les tensions et d’apaiser les zones douloureuses.

Le fascia doit être manipulé tout en douceur. | ZIGGY – OTOLIA

Si les fascias s’adaptent très bien à nos pratiques sportives, gagnant en souplesse, ils peuvent, tout comme un muscle, se rétracter ou créer des adhérences après un exercice trop violent, mal réalisé ou imposant des contraintes sur une période trop longue. Là où une blessure musculaire demande un repos strict, le fascia doit au contraire être manipulé tout en douceur au niveau des zones douloureuses afin de décoller les adhérences et de lui rendre son élasticité.


Tout sauf un massage


La thérapie manuelle des fascias pratiquée par les ostéopathes et les kinésithérapeutes va ainsi rétablir l’équilibre de cette deuxième peau. La fasciathérapie est tout sauf un massage. Elle se décompose en deux séquences : une première dite de « thérapie manuelle » où le praticien va faire un premier bilan puis redonner de la souplesse au fascia par des mouvements lents et des pressions douces, puis la « thérapie gestuelle » où on travaille sur le mouvement, aussi bien au niveau de la coordination que de la perception.


Les études menées ces dernières années ont permis d’élargir ses champs d’applications permettant de traiter de nombreuses douleurs aiguës comme les lombalgies, les torticolis, les douleurs vasculaires, abdominales et pelvi-périnéales, et aussi des douleurs chroniques telles que la fibromyalgie et certains rhumatismes. La fasciathérapie interagie également dans les douleurs générées par le stress et l’anxiété. Si elle seule ne permet pas de résoudre toutes ces pathologies, elle apportera une sensation de relâchement, de bien-être, de la souplesse et remplacera de nombreux médicaments antidouleur.



Ouest France - Les bienfaits de la thérapie des fascias > voir l'article de presse






17 vues0 commentaire