top of page
  • Photo du rédacteurGIF

Comment prendre soin de ses fascias pour en finir avec les douleurs et la fatigue

Madame Lefigaro - 22/10/2022


Par Caroline Henry


Une toile d'araignée, de la tête aux pieds

Méconnus il y a encore peu de temps, les fascias sont aujourd'hui mieux décrits grâce à l'imagerie médicale : «Constitués surtout de collagène, ces tissus fibreux et élastiques sont présents dans tout le corps, explique Lorris Gellé, ostéopathe (1). Ils entourent les différentes structures (muscles, os, organes…) et les relient entre elles.» Leurs fonctions sont multiples : «Comme une toile, ils maintiennent le corps en place, participent à l'étirement et servent d'amortisseurs, assurant ainsi la posture, le mouvement et la coordination», détaille Christelle Dufaur, fasciapulsologue (2).


Équipés de récepteurs et reliés à des terminaisons nerveuses, ils communiquent aussi avec le système nerveux autonome et enregistrent eux-mêmes les informations émotionnelles. Un stress ou un traumatisme, physiques comme psychiques, même anciens, peuvent donc se muer en grain de sable dans la machine et entraîner douleurs, troubles circulatoires, fatigue, baisse immunitaire…


Des attentions au quotidien

«Le fascia déteste la sédentarité, souligne Lorris Gellé. Non sollicité, il s'épaissit, se rigidifie et favorise la production de substances inflammatoires dans les muscles.» On adopte donc une activité constante, régulière et adaptée aux capacités, alternant avec des phases de récupération.


Pour maintenir sa souplesse, il a aussi besoin d'être étiré, mais pas n'importe comment : «Les fascias étant reliés entre eux, les étirements doivent s'appliquer à toute une chaîne musculaire : par exemple, la jambe, pas seulement le mollet», conseille l'ostéopathe. Essentielles, aussi, la respiration et la relaxation les préservent du stress et les oxygènent. Le top ? Le yoga ou le Pilates, qui combinent toutes ces qualités.


Enfin, on pense à bien les nourrir : «Particulièrement importants, les antioxydants (fruits, légumes, épices…) les protègent du vieillissement, le zinc (huîtres, noix…) et le silicium (légumes secs, céréales complètes…) contribuent à la production de collagène, et l'eau les hydrate», explique Christelle Dufaur.


Les consultations qui marchent

Par un toucher fin et précis, on peut redonner aux fascias souplesse et mobilité, et aider à traiter bien des maux : douleurs, perte de mobilité, difficultés digestives, troubles respiratoires, migraines, anxiété…


La fasciathérapie. Le praticien cherche sur le corps les zones de tension ou de densité tissulaire, puis induit de légers mouvements et pressions destinés à les soulager. Partie intégrante de l'enseignement des ostéopathes, elle peut aussi être pratiquée par des médecins, kinés ou thérapeutes ayant suivi une formation.


La fasciapulsologie. Cette autre technique de soin manuel sur les fascias englobe en plus une approche vasculaire pour rétablir la bonne respiration des tissus et libérer les tensions. En suivant le mouvement interne du corps (rythme, amplitude, direction), le praticien relance la bonne circulation des fluides et le relâchement des fascias.


Liste des praticiens formés : fasciapulsologie.org


(1) Cofondateur du centre Anatomik.







61 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page