top of page
  • Photo du rédacteurGIF

Entretien avec Eric Brunet, Fasciapulsologue



Retour d'expérience d'Eric Brunet suite à sa participation au festival des savoir-faire locaux, le 16 septembre 2023 à Nantes pour promouvoir la pratique de la Fasciapulsologie Méthode Carini®.


Le groupement professionnel du GIF : Quelle était ta motivation pour participer à cet événement ?

 

Eric Brunet : Les techniques sur les fascias sont peu connues, la Fasciapulsologie doit être mise en avant si nous voulons être plus facilement identifiables du public. L'objectif est double : faire connaitre la pratique et se faire connaitre des personnes dans nos localités.


Les salons sont des moments de rencontres indispensables pour toucher une large audience mais surtout mettre en valeur les bénéfices de la pratique. Les mots sur une page "désincarnée" (papier comme web) informent et sont utiles, la présence d'un praticien expliquant son métier donne corps aux propos et elle est souvent déterminante pour que l'auditeur se décide pour une séance "découverte".

 

Quel est ton retour d'expérience (teneur des échanges avec le public, sa réaction face à la fasciapulsologie ®, séance découvertes, etc... ?)

 

EB : Mes retours après trois salons sont toujours positifs. Les personnes sont très souvent curieuses et interrogatives. Elles en comprennent la plupart rapidement l’intérêt après quelques explications, elles sont toutes très satisfaites suite à une séance découverte (juste 20-30 min suffisent). Les plus intéressés repartent avec un prospectus, voire achètent des livres que je présente (Chistian Carini "Les mains du cœur" et Christelle Dufaur "Je chouchoute mes fascias").

 

Pour quels résultats ?

 

EB : Cet exercice de communication doit être perçu comme un enrichissement personnel (sur sa communication et sa posture) et un investissement à long terme pour son activité : les retours ne sont souvent pas immédiats. J'ai actuellement deux personnes que j'ai reçues suite à un salon et au moins une autre par des publications internet.

 

Peux-tu nous parler de l'OuvreBoites44, cette coopérative dont tu fais partie ?

 

EB : C'est en pleine période difficile dans ma vie pro (bilan de compétence réalisée, rupture conventionnelle actée avec un épuisement mental bien avancé) que j'ai relu un article web sur l'existence des CAE (Coopérative d'Activité et d'Emploi) : une sorte d'alliance entre la liberté d'entreprendre, la coopération entre entrepreneurs et un cadre sécurisant... de la sécurité sociale ! Un équilibre atypique et surtout une autre façon d'aborder le monde professionnel, ça me parle, je candidate et je suis accepté.


Actuellement c’est plus de 1 500 projets d’activités entrepreneuriales accompagnés, 300 créations d’emplois, 7M€ de chiffre d’affaires, un collectif de plus de 300 entrepreneurs, une équipe d’appui de 17 salariés et plus de 60 sociétaires.

 

Quel statut as-tu ? Ses avantages ?

 

EB : C'est un statut hybride : entrepreneur·e-salarié·e (ou appelé coopérateur·e en interne) ! Avant de parler des avantages, c'est avant tout d'un nouveau cadre de travail dont j'avais besoin pour :


  • développer en autonomie mon activité sans me retrouver seul, comme c'est souvent le cas lorsque l'on devient entrepreneur indépendant,

  • sortir de toutes les contraintes liées à la hiérarchie salariale et ses travers.

  • avoir un environnement sécurisant pour mon activité et continuer à bénéficier des avantages du salariat

  • me libérer des questions administratives et comptables pour me concentrer sur mon métier et le développement commercial de mon activité.


Et puis il y a la force du collectif, pas juste un portage salarial, c'est aussi :


  • faire partie d'une dynamique coopérative, avec des rencontres métiers, des temps de formation collective, des temps d’échanges entre pairs et la mutualisation des ressources.

  • un collectif où le mode d'organisation est beaucoup plus démocratique et transparent qu'une classique SA.

  • bénéficier d'un accompagnement individuel et collectif pour mieux développer mon activité (équipe d'appui et chargé d’accompagnement dédié) incluant veille métier et assistance juridique.

  • participer au développement économique local puisqu'une CAE est une entreprise de l’économie sociale et solidaire (ESS).


Actuellement je finalise mon dossier pour devenir "sociétaire", cela signifie que j'aurai le droit de voter au AG (1 personne = 1 vote, pas d'actionnaire) et de m'engager dans la vie du collectif sous toutes ses formes (commissions de travail, RSE, aide à l'intégration des nouveaux...). Je compte intégrer la commission "Solidarité" pour la mise en place de dispositifs d'aide en interne.

 

En quoi cela est intéressant pour le développement de ton activité de Fasciapulsologue ?

 

EB : L'enrichissement par des formations "internes" ou entre coopérateurs et le partage de savoir-faire entre personnes.

 

En exemples concrets passés, cela m'a permis de :


  • me former sur les notions de comptabilités (et ses clôtures de compte), de comprendre comment ajuster ses prix et sur ma communication numérique.

  • faciliter ma location d'un cabinet mutualisé sur le site Nantes de l'ESS : le Solilab

  • réserver dans les locaux de ma coopérative (en plein centre de Nantes), une salle bien-être créée pour les entrepreneurs du secteur bien-être.

  • participer à des moments d'ADP pluridisciplinaires en utilisant la méthode du "Théatre Forum" l'année dernière ; l'expérience va être renouvelée cette année (voire pérennisée si les retours de satisfaction sont encore concluants).


Toujours en exemple, prochainement et indirectement aux besoins d'un fasciapulsologue je vais suivre les formations (via d'autres coopérateurs) sur :


  • la prise de parole : pour être à l'aise lors de futures présentations.

  • la facilitation graphique : pour savoir synthétiser et illustrer simplement.

  • la PSSM (Premier Secours en Santé Mentale): pour identifier et orienter vers des dispositifs adaptés des personnes en fragilité mentale.

  • le renouvellement pour le SST (Sauveteur Secouriste du Travail).


De plus dans le secteur bien-être (actuellement ~ 20 personnes), nous allons réaliser des portes ouvertes de nos différentes activités afin de donner de la visibilité dans le quartier où nous exerçons. La coopérative est aussi un espace d'expérimentation où nous échangeons afin d'améliorer notre communication, nos présentations... Cela nous enrichit mutuellement. Dans ce contexte je réfléchis pour créer un atelier de sensibilisation à destination des entreprises afin de faire connaitre la pratique sur des moments clés (comme la semaine de la QVCT).


De manière générale, je peux facilement trouver des compétences au sein du réseau de personnes pour :


  • créer ma charte graphique (il y a beaucoup d'illustrateurs !)

  • mon site web et son hébergement (il y a beaucoup d’acteurs dans le secteur numérique - moi y compris)

  • déléguer ma communication si je le souhaite (on trouve beaucoup de personnes dans la communication !) Le tout à des tarifs "réduits" au sein du réseau !


Bref vous voyez l'intérêt du collectif ?


De surcroît j'aide aussi les coopérateurs à se sentir mieux grâce à des séances de fasciapulsologie® à tarif coopératif (évidemment ! -)

 

Pour finir, je continue aussi sur ce même statut mon activité de prestation d'ingénierie informatique, cela rend d'autant plus facile la gestion administrative de mes 2 activités.

Pour en savoir plus leur site de l'OuvreBoites44 c'est ici.




45 vues0 commentaire

Comments


bottom of page