• GIF

Le confort de l’architecture fasciale - Osteo éveil® et biotenségrité


Michèle Tarento : ORL, Ostéopathe, Danseuse, membre du groupe de recherche biotenségrité


Les apports de différents courants de pensée et de l'état de la science nous aident à mieux connaître la structure vivante du fascia. Grâce aux avancées de la recherche sur le fonctionnement de cette architecture fasciale, vous pourrez améliorer votre perception consciente et votre pratique de thérapie manuelle.


Source : Congrès "Fascia en mouvement & Tenségrité." Première conférence - intervention de Michèle Tarento le 15/10/21.


La biotenségrité dans les pratiques manuelles


Pour les thérapeutes manuels, la biotenségrité permet de prendre en compte de l'adaptabilité élastique et les reconfigurations permanentes dans le corps, dans une finalité de stabilité et de confort. La biotenségrité est une architecture dynamique, d'auto-stabilité, d'auto-organisation à laquelle s'applique le "concept d'émergence" de la matière vivante (le tout est plus que la somme de ses parties).



Accéder au confort grâce à l'Ostéo éveil et la biotenségrité


Michèle Tarento nous propose d'utiliser les propriétés de biotenségrité du corps et l'énergie accumulée dans les os pour redonner au patient une posture dynamique.

Dans les pratiques thérapeutiques, le focus est généralement mis sur relâcher les tensions "câbles trop tendus", la biotenségrité nous invite aussi à resserrer les "câbles trop détendus". En effet la capacité à rebondir de notre architecture fasciale dépend de la longueur des câbles (rigidité ou mollesse), et de la répartition des tensions (harmonie ou dysharmonie).

Cette architecture fasciale est en constante reconfiguration par des micro-mouvements sous l'influence de contraintes physiques, émotionnelles et psychiques. Elle s'auto-équilibre depuis l'échelle macroscopique jusqu'à l'échelle cellulaire en répartissant les forces de tensions/compressions de manière harmonieuse dans toutes les directions.

La structure fasciale reliant ligaments, muscles, et os s'auto-organise. Dans la région para-vertébrale, le dynamisme s'installe et fait rebondir le corps aussi bien vers le haut que vers le bas.

L'énergie cinétique accumulée dans les os est plus forte que les muscles ou la peau. Elle constitue un réservoir qui conditionne la manière dont va rebondir la structure.



Les propriétés remarquables en biotenségrité


Forces synergiques de tension et compression

Les forces de tensions/compressions fonctionnent dans un système refermé sur-lui même dont l'autonomie assure sa régulation, sa réactivité et sa stabilité.


Élasticité biologique

La structure se protège en se rigidifiant pour éviter de rompre et retrouve ses capacités élastiques avec la disparition de la contrainte.


Mode unique d'organisation

La structure conserve son mode d'organisation architectural quelque soit son niveau d'échelle du macroscopique au microscopique.


Changements de phase réversible

Sous l'effet des contraintes mécaniques, thermiques et électromagnétique les fascias souples changent de phase du gel au solide ou du gel au liquide et conserve leur réversibilité.


Imprévisibilité

Le système adopte un comportement qui est le résultat de l'interaction des parties qu'il est impossible de prédire à l'avance.



Pour aller plus loin : apports de différents théoriciens


Andrew Taylor Still, créateur de l'ostéopathie

"C'est dans les fascias que la matière et la vie sont unifiées." Traiter, c'est restaurer le dynamisme de l'architecture fasciale. La continuité tensionnelle dans les fascias permet aux flux de circuler.

Jean-Claude Guimberteau, chirurgien plasticien français, chercheur

Les fascias sont définis histologiquement comme une variété de Tissu Conjonctif. Les fascias présentent une architecture dynamique qui se déploie depuis la surface jusqu'à la profondeur du corps. Il existe une continuité du tissu conjonctif distribué selon un réseau tridimensionnel microfibrillaire qui se reconfigure constamment tandis que la forme globale du corps est préservée. La tension/compression est la conséquence du mode d'assemblage, à l’échelle tissulaire et cellulaire, des microfibres entre elles, des microfibres avec les molécules d'eau, des microfibres avec les cellules des cellules éloignées et parfois avec des cellules d'origines différentes.


Buckminster Fuller, architecte américain, créateur du concept de tenségrité

"Des îlots de compression dans un océan en tension".

Dans le corps humain, les îlots de compression correspondent aux os du squelette qui flottent dans l'océan des ligaments, muscles, fascia souple en tension.


René Motro de l'Université de Montpellier

"Un système en tenségrité est un système auto-stable constitué d'éléments discontinus comprimés dans un continuum d'éléments tendus."


Kenneth Snelson, sculpteur, photographe

Ses sculptures, tours d'aiguilles aux hélices formées par des bars, donnent à voir les forces invisibles et la structure se stabiliser et se reconfigurer en permanence.


Steve Levin, chirurgien orthopédiste de Washington

Les principes architecturaux de l'Icosaèdre de tenségrité lui permettent de comprendre le dynamisme au niveau des fascias dans le corps. Les tiges discontinues sont assimilées aux os et les câbles continus étant les aponévroses, les ligaments et les muscles. Pour lui "Les os sont des fontaines d'énergie" , l'énergie cinétique accumulée dans les os est supérieure à celle accumulée dans le fascia.


Donald Ingber, chercheur en biologie à l'Université de Harvard

L'Icosaèdre de tenségrité, lui sert de modèle pour l'organisation du cytosquelette de la cellule en relation avec la matrice extra cellulaire, l'ultime fascia. Les tiges discontinues sont les microtubules et les câbles continus réunissent les microfilaments et les filaments intermédiaires dans un système refermé sur lui-même. "c'est l'auto-contrainte de l'ensemble du corps qui permet le transfert du signal sur de longues distances depuis la peau jusqu'au cœur de la cellule"


Vincent Fleury, directeur du laboratoire de la physique des matières

"Suite ininterrompue d'écoulements tourbillonnaires qui à un moment donné vont générer la mise en place de l'embryon". Depuis le microscopique jusqu'au macroscopique des spirales sous forme de vortex, d'hélices sont dans notre architecture et font le lien avec notre environnement. L'architecture fasciale participe aux processus vibratoires, aux oscillations et aux mouvements d'enroulements et de déroulements. Le collagène qui compose 60 à 70 % du tissu fascial possède une organisation moléculaire en triple hélices.


Godelieve Struyf Denys, ostéopathe énergéticienne

Les ligaments, muscles, et os s'auto-organise installent, dans la région para-vertébrale, le dynamisme entre le haut et le bas du corps et fait rebondir le corps aussi bien vers le haut que vers le bas.


John Wernham, Directeur du John Wernham College of Classical Osteopathy

En s’inspirant du modèle de John Wernham, il a adopté la posture en auto-équilibre stable depuis l'échelle macroscopique jusqu'à l'échelle cellulaire, les forces de tensions/compressions sont réparties de manière harmonieuse et omnidirectionnelles.



Bibliographie


Michèle Tarento, Biotenségrité, fascias, ostéopathie, Edition Sully, 2021

Michèle Tarento, Construire son corps avec l'ostéopathie, éveil et la biotenségrité, Edition Sully, 2016

Andrew Taylor Still, Ostéopathie : Recherche et pratique, Edition Sully, 2001

Andrew Taylor Still, Philosophie de l'ostéopathie, Edition Sully, 2003

Jean-Claude Guimberteau, L'architecture du corps humain vivant, Edition Sully, 2021

Jean-Claude Guimberteau, DVD Endo Vivo 2012 Kenneth Snelson, Sculpture Les tours d'aiguilles, 1968

Vincent Fleury, Les tourbillons de la vie, Edition Fayard, 2017

Vincent Fleury, 200 images et petits films http://www.msc.univ-paris-diderot.fr/~vfleury/

10 vues0 commentaire